L'histoire d'un égo blessé (ou comment un Balisto a failli me sauver la vie ou presque...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'histoire d'un égo blessé (ou comment un Balisto a failli me sauver la vie ou presque...)

Message par Xavier T. le Dim 23 Oct - 15:46

Intégrale des Causses : Festival des Templiers

2 jours après ma course, je ne suis pas déçu, juste vexé.

Je pourrai trouver plein d'excuses, mon manque de sommeil la semaine précédente, mon manque d'entrainement, mon manque de motivation, mais j'ai simplement abandonné après une petite chute (ou deux).

J'étais pourtant (trop?) bien parti pour l'Intégrale des Causses et ses 64km et 3500+ au départ de Mostuéjouls, malgré les -2°C à 6h du mat', les jambes tournaient pas trop mal mais le cardio lui montait bien trop vite. je savais pertinemment que trop de vitesse au départ et ce sont les crampes qui font leur apparition plusieurs heures plus tard. Je savais également que je suis très mauvais au départ et que je remonte mon petit monde pendant la course, mais rien n'y a fait je suis parti plutôt devant.

Le premier ravito esquivé, je n'avais touché à rien, ni eau, ni solide, mais bon au bout de 6km rien d'étonnant.

Premiere "grosse" montée de 500m avalée ou gobée même et c'est 10 places de récupérées, ces Parisiens et Bretons ne savent toujours pas monter correctement.

Km 15, je sentais le souffle d'un parisien ou d'un breton dans ma nuque et je l'entendais parfaitement dans sa tête se dire que ces cons de Toulousains ne savent pas courir vite sur le plat.

Deuxième ravito, je gobais 1 compote, un verre de taboulé (à 8h45 le matin c'est surprenant mais pas mauvais), et je repartais pour du plaaaaaaaaaaaaaattt!!!

Du plat comme je les deteste avec des micro-relances, des faux plats, bref tout ce en quoi je suis mauvais, je perdis pas loin de 15 places, j'étais 30ème en gros, mais je connaissais la fin du parcours et les gazelles devant se rapprochaient très vite dès la moindre bosse un peu sérieuse.

Km 20 : Voilà 30' que j'ai doublé la deuxième féminine et que la première a disparu de mon champ de vision, personne devant, personne derrière, je me suis perdu sans doute, le balisage est bien là mais je reconnais le parcours du 75km effectué 2 ans plus tôt, et je me mets à pester surtout qu'il fait très froid et que mes gants n'empêchent pas mes doigts d'être gelés, je n'arrive même pas à ouvrir mon Pain du Montagnard...

Km 24 : je vois 3 personnes assises par terre à l'ombre (le soleil est à 10m), il doit faire 0° encore et avec un grand sourire m'annoncent que je suis 25ème... Je suis donc bien en course, mais y a personne devant et derrière.
Km 26 : ravito : je n'arrive pas à manger, ou pas assez, je vois la cohue derrière moi (ils étaient où en forêt???), une bonne dizaine de coureurs me dépassent et mon envie de bien figurer s'évapore avec... J'enlève me veste, mes manchons et pose les bâtons dans le sac, j'ai froid mais je sens que je transpire trop sous ma veste et je ne me sens pas super bien.

Je repars 10 minutes plus tard à 13-14kmh sur du plat horrible, j'ai le cardio au taquet et je me fais doubler au rythme d'un Parisien ou Breton toutes les minutes...

Le moral en prend un coup, je n'arrivais pas à suivre ce tempo hallucinant des autres concurrents, même à 15-16kmh en descente roulante, je me fais doubler... Et comme tout bon gestionnaire sur de sa force (la montée) j'essaye de les suivre sur le plat! Et là le calvaire a commencé, crampouilles et première chute...

Km 34 : La roque Saint Marguerite (super beau village allez-y c'est magnifique): ravito en eau, j'ai les gourdes toujours pleine, je bois au goulot et je repars car une GROOOOSSSE côte m'attend : 350m de D+ en 1km500 et là PAF les Paritons, ca pète de partout, je ramasse des morceaux à chaque lacet. Faut dire qu'ils l'ont bien cherché aussi, à vouloir courir là où il y a 30% de pente!

Km 37 : Pierrefiche, l'euphorie de la montée est passée, la descente trop roulante m'a refait perdre des places, je suis toujours 30ème. Je n'ai envie de rien jusqu'à ce qu'une petite fille emmitouflée dans sa doudoune m'emmène une assiette remplie de Balisto coupés en deux (Balisto jaunes? Violets ou verts? le mystère reste entier). J'en glisse un dans ma bouche, pendant que mon compagnon d'infortune lui s'enfile 2 gobelets plein de bière sans alcool et nous gratifie d'un rot qui fit sursauter la fillette, et là le miracle ce produisit. Après 4h de course, je me sentais enfin bien. Je vidais l'assiette de Balisto dans toutes mes poches disponibles et repartit le coeur léger.

La longue longue longue portion roulante fut un calvaire, je maintenais ma place mais devant ca commencait à caler sec.

Premières descentes techniques, paf 2 personnes, rebosse bien raide, je sors les bâtons, paf 3 gugus, redescente technique, paf 3 dont la 2eme féminine qui était maintenant 3ème j'ai pas du tout comprendre.

Pointage au km50 : bim je suis 18 ème et j’aperçois 2 groupes de 2 coureurs au loin, je sais que je vais les manger tout cru dans la montée de la Cade : 500m de D+ en 2km5, 1/3 de notre Cagire avec des pourcentages quand même bien plus roulants, c'est PIIIIILLE mon profil de coureur.

Très (trop?) confiant et trop fier de montrer aux autres que j'avance comme un avion quand eux se mettent à piocher, je relance dès le moindre bout de faux plat ou je saute de cailloux en cailloux. Je suis très fatigué, les derniers jours pèsent sur l'organisme mais j'avance comme je peux... jusqu'à ce qu'un caillou décide de viser ma tête (ou l'inverse?) et je m'étale de tout mon long à 15 à l'heure avec un peu de vide sur le côté. Je fais un check up tout en restant couché : j'ai mal au crâne, au bras droit, au genou gauche (j'ai entendu craqué mais je pas où...), à la poitrine aussi...

Je me relève et je repars, mais moins confiant et BEAUCOUP plus lentement, le genou gauche siffle la fin de la récré, je peux plus courir en descente, il tient plus et couine trop.
Je me refais dépasser régulièrement, les 4 km avant d'arriver au pied de La Cade sont interminables.

Je sais ce qui m'attend APRÈS La Cade, 2 descentes à 30% rendues super glissantes avec les feuilles d'automne, je l'ai fait il y a 2 ans avec les 2 genoux en compote, et même si je vais infiniment plus vite qu'aux Templiers j'en aurais au moins pour 1h30 avant l'arrivée, et je dois admettre que j'en avais pas envie.

Cette course c'était la cerise sur le cheesecake, un délice intimiste, seulement 400 coureurs au départ, loin des 3000 participants de la Grande course des Templiers mais le coeur n'y est plus.

Ma saison est terminée, sur un échec oui, mais bien terminée.

J'abandonne au km 54 et 2800 de D+ à 8.7kmh de moyenne, si on m'avait dit ca il y a 2 ans aux Templiers je n'y aurais tout simplement pas cru.



avatar
Xavier T.

Messages : 19
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire d'un égo blessé (ou comment un Balisto a failli me sauver la vie ou presque...)

Message par François le Dim 23 Oct - 19:29

Quel récit prenant !
On a l'impression d'y être ! Que dire ? A part bravo Xavier, et respect !
Tu es en train de devenir une bête de montagne et tu allais encore nous sortir un joli classement !
Mais si tu as décidé de partir plus vite c'est aussi parce que tu sais que tu es armé pour batailler fort et longtemps maintenant. Franchement je vais pas trop savoir écrire pour mon récit du marathon après ça!
Repose toi bien et à très bientôt j'espère !
avatar
François
Admin

Messages : 267
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 39

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire d'un égo blessé (ou comment un Balisto a failli me sauver la vie ou presque...)

Message par Stéphane B. le Lun 24 Oct - 8:48

Pareil que François, on s'y croirait.
On a discuté, cette période de l'année est compliquée sur plusieurs points.
A bientôt
avatar
Stéphane B.

Messages : 34
Date d'inscription : 11/11/2015
Age : 37
Localisation : Roquefort sur Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire d'un égo blessé (ou comment un Balisto a failli me sauver la vie ou presque...)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum